Skip navigation

Éthique philosophique moderne.

Une éthique intègre, ou l’éthique philosophique moderne, a pour rôle définir un cadre assurant la conformité de l’action aux principes fondamentaux qui s’expriment ordinairement au sein des phénomènes naturels. Il s’agit de baliser l’action humaine en fonction des phénomènes naturels, plutôt que l’inverse.

Actuellement, et de manière plus insistante avec les années, le multiculturalisme vient étoffer la gamme des préceptes disponibles en matière de morale. Tout le monde s’entend aisément sur le fait qu’il y eut probablement un « commencement » à l’univers. À partir des notions que nous avons aujourd’hui, il est trop ambitieux, et vraiment présomptueux, de chercher à aller plus loin dans la définition de l’état métaphysique préliminaire de l’univers ainsi qu’au sujet des causes transcendantes ayant entraîné sa fondation. Car c’est là d’où proviennent les divisions que nous devons nécessairement abroger. Nous pouvons certainement nous rejoindre tous en reconnaissant que l’inconnu préalable (l’état antérieure à la création de l’univers) s’est transformé en ce qu’est le Macrocosme présentement, et dont nous faisons partie.

Nous devons convenir que l’avancement des connaissances ne remet pas du tout en cause les convictions personnelles qu’on peut avoir en matière théologique. Puisque fondamentalement on attribue la « création » de l’univers à une forme de déité, chaque fois qu’on en découvre les mécanismes la position de la déité s’élève d’autant. La compréhension de l’évolution ne place pas nos connaissances au-dessus de la déité. Elle rend simplement périmée la conviction précédante que nous avions, faute de données réalistes. Les représentations d’antan concernant les phénomènes de la vie doivent se modifier au même rythme que la compréhension évolue. L’intelligence moderne traduit les faits et les phénomènes en une gamme toujours plus étoffée de notions scientifiques matériellement applicables sans pour autant diminuer la déité. La progression du savoir est l’outil de la progression évolutive d’une civilisation.

Dans ce contexte, vouloir nommer la déité, c’est la réduire à une divinité qui cadre dans une définition étroite et dépassée. Une définition appropriée doit honorer le fait que la déité ultime soit infiniment plus ample que l’objet d’un culte aux dimensions matérielles.

Conséquemment, dans le respect d’autrui, il n’y a aucune raison pour se diviser les uns et les autres. Nous sommes tous frères et soeurs, et nous avons le droit de penser les choses comme il nous en semble sans pour cela mettre en cause ce même droit chez les autres. Au contraire, comme le multiculturalisme, la gamme des opinions personnelles présente une diversité essentielle à l’enrichissement collectif.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: